Histoire de la région du Madiran

Le vignoble du Madiranais existe depuis l’époque gallo-romaine. La découverte de mosaïques du 3ième siècle dans les fouilles de la villa Taron en atteste l’existence. Appréciés comme vin de masse, les vins de Madiran connurent la renommée au IXe siècle grâce aux pèlerins de Compostelle qui les découvrirent en traversant la région, en route pour l’Espagne. Sa véritable création date du XIe siècle lors de la construction de l’abbaye de Madiran par les moines Bénédictins venus de Bourgogne. A partir du XIIe siècle, lorsque la Gascogne appartenait à la Couronne d’Angleterre, cette région a connu un essor rapide, et les vins étaient transportés à destination de l’Europe du Nord. Jusqu’en 1950 le vignoble de la région diminua pour ne représenter que 50 hectares à peine, bien que Madiran ait obtenu son AOC (Appellation d’Origine Controlée) deux ans auparavant en 1948. Très exigeant le Madiran fût la 1ière appellation en France à s’imposer le contrôle de la qualité par la délivrance d’un label après analyse et dégustation.

La région a suscité un regain d’intérêt et le Madiran devint l’une des nouvelles stars des vins français. Cependant, Madiran risquait de perdre son âme. Des dérives se produisirent avec des abus de rendements et une perte de qualité. A partir des années 1970 les viticulteurs effectuent un retour aux vins typés de Madiran : robuste et charpenté. De très faibles rendements, une macération du moût pendant trois semaines et de fréquents soutirages au cours de l’élevage ont permit d’atteindre un excellent niveau de qualité.